Les « golssas » de Casablanca

Le quartier des « golssas » de Casablanca se situe dans une dépression située en périphérie sud de la ville et est quasiment invisible de l’extérieur. Ce n’est pas un quartier d’habitat, la plupart des récupérateurs de déchets qui y travaillent vivent dans les douars-bidonvilles voisins, sauf certains hommes qui viennent d’autres régions du Maroc et vivent sur place dans des cabanes.

DSC_8096
Vue partielle des golssas. En arrière plan, le quartier Attacharouk (photo Pascal Garret – janvier 2015)

Les récupérateurs ne sont pas propriétaires des terrains qu’ils louent à une famille. Il y a de nombreuses pressions immobilières sur le quartier (Sur les plans d’urbanisme du grand Casablanca, on voit déjà le tracé des futurs lotissements).

Les golssas (du verbe “s’asseoir” pour trier, même si en réalité personne ne s’assied…) sont des enclos de taille diverses entourés de palissades (tôles, ou déchets séchés qui forment une sorte de mur) où les récupérateurs de la ville (« mikhali » ou « bouâra » dérivé du français « éboueur ») rapportent leur collecte. Ceux-ci louent leurs charrettes et ânes au patron de la golssa qui leur achète au poids leur récolte.

DSC_7957
Un récupérateur part faire sa tournée avec sa charrette vide (photo Pascal Garret – janvier 2015)

Les golssas peuvent parfois être polyvalentes (plastiques, bois, métal, chiffons), auquel cas les matériaux sont répartis par types, d’autres sont spécialisées sur une matière particulière (déchets de tissus par exemple).

DSC_8010
Intérieur d’une golssa spécialisée dans le plastique (photo Pascal Garret – janvier 2015)
DSC_7935
Un patron d’une golssa spécialisée dans les déchets de tissus (photo Pascal Garret – janvier 2015)

Il y aurait environ 3000 personnes en activité dans ces golssas, dont beaucoup de jeunes hommes et environ 300 à 400 femmes (au tri). Les récupérateurs travaillent tous les jours de la semaine, même pendant le ramadan. Le nombre de récupérateurs aurait augmenté ces dernières années.

DSC_7835
Jeunes récupérateurs entre deux tournées (© Pascal Garret / Mucem, photographies documentaires réalisées dans le cadre du programme d’enquête-collecte « économie des déchets » – janvier 2015)
DSC_8109
Retour d’un récupérateur dans les golssas à la fin de sa tournée (© Pascal Garret / Mucem, photographies documentaires réalisées dans le cadre du programme d’enquête-collecte « économie des déchets » – janvier 2015)

De nombreux animaux sont présents sur place : ânes, chevaux, vaches, moutons, poules, chiens errants, chats, oiseaux…

DSC_8034
Les troupeaux de vaches et de moutons sont nourris des déchets végétaux ramenés par les récupérateurs (photo Pascal Garret – janvier 2015)
DSC_8008
Poules, chiens, goélands se nourrissent comme ils peuvent (photo Pascal Garret – janvier 2015)

Voir plus de photos des « golssas » de Casablanca sur Flickr…